Activités des pôles

Le pôle  de la Direction Générale

est chargé de l'administration générale, de la préparation et de l'exécution budgétaire, de la gestion des ressources humaines et de la promotion commercialisation ;

Le pôle de la Production

est chargé de l'instruction des dossiers de demandes d'aides au titre du développement de la vanille en faveur des producteurs de vanille etveille à ce que l'utilisation des aides attribuées soit conforme aux objectifs fixés dans la décision attributive de l'aide.

Dans ce cadre, ce pôle organise le recueil des données de production par les vulgarisateurs basés dans les antennes de l'établissement permettant ainsi d'établir et suivre l'état des parcelles de plantations de vanille de Tahiti. Il regroupe les antennes de l’établissement nommées les « Fare Vanira » installés aux IDV et ISLV.

Le pôle de la Recherche et Développement (DRD)

Basé à Raiatea, le pôle de la Recherche et Développement dispose d'un laboratoire situé à Uturoa (Raiatea) et d'ombrières expérimentales sur les sites d'Uturoa et de Hamoa. Il est composé de deux (2) départements distincts

Le département Recherche et Développement a pour objectifs d'améliorer la qualité de la vanille tahitienne par l'amélioration des techniques culturales, l'amélioration des cultivars, l'amélioration de la préparation et de la conservation des gousses de vanille.

A cet effet, il intervient dans la caractérisation de la vanille tahitienne (composition aromatique et lipidique, génétique), la conservation de la diversité des vanilliers polynésiens, la création et la sélection de meilleures variétés (rendement, moindre sensibilité aux maladies) ainsi que leur multiplication par la culture in vitro.

L'amélioration des techniques culturales

La culture de la vanille est soumise à différents pathogènes (virus, champignons, insectes). Le DRD étudie les causes du développement des maladies fongiques dans les ombrières afin de proposer aux agriculteurs des pratiques culturales adaptées à leur environnement.

Le DRD étudie également l'effet du terroir et du compost sur la composition aromatique des gousses

L'amélioration des cultivars

Les vanilliers tahitiens les plus cultivés sont 'Tahiti' et 'Haapape'. Ces plants sont sensibles aux maladies fongiques qui occasionnent parfois de fortes pertes de rendement dans les ombrières. Le DRD cherche donc à créer de nouvelles variétés présentant à la fois une bonne qualité aromatique et une haute tolérance aux maladies.

Connaissance du génome du vanillier

Les travaux de thèse de Mme Sandra Lepers-Andrzejewski (EVT et Université d'Orsay) et de Mme Séverine Bory (Université de la Réunion) ont mis en évidence la complexité du génome, respectivement, de Vanilla x tahitensis et de Vanilla planifolia. Ce génome présente une forte aneuploïdie (le nombre de chromosomes varie au sein d'une même plante) ainsi qu'un processus d'endoreplication partielle et progressive (une partie de l'ADN est perdue au cours de certains cycles cellulaires) qui n'avait jamais été observé chez les végétaux jusqu'alors. Ces processus anormaux soulèvent de nombreuses questions sur la dynamique du génome ainsi que sur l'existence ou non de plusieurs jeux de copies des chromosomes. Le DRD participe donc aux travaux de recherche menés par le laboratoire du CNRS de Gif sur Yvette, en collaboration avec l'ESE de l'Université d'Orsay, l'Université de la Réunion afin de mieux caractériser l'endoréplication chez les orchidées et de déterminer la part des chromosomes amplifiés ou perdus.

Le balisage du génome

D'autres espèces de vanilliers comme Vanilla pompona ou Vanilla phaeantha sont moins sensibles au Fusarium. Le DRD a établi la première carte génétique (véritable bornage de chaque chromosome) du vanillier et recherche maintenant des marqueurs génétiques de la résistance à la fusariose chez V. pompona et desmarqueurs de la qualité aromatique chez V. x tahitensis. Ces marqueurs serviront à l'identification des meilleurs hybrides dès le stade de jeune plantule sans avoir besoin d'attendre la première production soit une économie de 5 années de culture

La création variétale

Des hybrides ont été créés entre Vanilla x tahitensis et Vanilla pompona et devront être évalués pour leur sensibilité aux maladies et leur qualité aromatique. Ces hybrides devront vraisemblablement être rétro-croisés par V. x tahitensis afin de transmettre aux descendants les allèles souhaités.

Il ne s'agit en aucun cas de faire des Organismes Génétiquement Modifiés (OGM). Comme il n'existe pas de barrière physiologique pour la reproduction entre les espèces du genre Vanilla, les hybridations se font de manière « naturelle » : le pollen du parent male est déposé sur une fleur du parent femelle comme on le fait pour le mariage d'une fleur. Lorsque la gousse est mûre les graines sont semées sur un milieu gélosé contenant les éléments nutritifs nécessaires à sa germination puis à la croissance de la plantule.

L'amélioration de la qualité

Les travaux de thèse menés par Mlle Christel Brunschwig de l'Etablissement Vanille de Tahiti à l'Université de la Polynésie française ont permis pour la première fois de caractériser la qualité de la vanille tahitienne par la combinaison d'analyses chimiques et sensorielles. Les recherches sur l'évolution des différents paramètres au cours de la préparation ont mené à définir un taux d'humidité optimum de développement des propriétés sensorielles de la vanille de Tahiti.

Ce travail se poursuit par l'étude des différentes techniques de conservation afin de valider le taux d'humidité des gousses optimum.

Le département du Contrôle Sanitaire (DCS)

La vanille de Tahiti est susceptible d'être infectée par des maladies fongiques et virales. Ces dernières représentent un risque majeur pour le développement durable de cette production, du fait qu'elles soient incurables. La vanille peut également subir les attaques d'insectes et autres ravageurs.
Le Département du Contrôle Sanitaire (DCS) fait partie du Laboratoire de l'Etablissement Vanille de Tahiti, basé à RAIATEA.
Il a pour principale mission, le maintien de la production de vanille, par la protection des cultures contre les maladies et les ravageurs. Les moyens mis en oeuvre sont :
  • - Du suivi sanitaire des pépinières de production de lianes de vanille
  • - La fourniture de boutures de vanille saines ;
  • - Le suivi et la surveillance sanitaire de toutes plantations de vanille ;
  • - L'étude des pathologies du vanillier et les méthodes de lutte ;
  • - La formation des producteurs sur les maladies et les ravageurs du vanillier.
  • - La fourniture de boutures de vanille saines.

    Depuis la création de l'Etablissement, ce sont près de 7 000 m² de pépinières productrices de boutures de vanille qui ont été mis en place : 3700m² à RAIATEA, 2300m² TAHAA et 1000m² à HUAHINE. Plus de 3000 plants mères sont mis en culture en conditions contrôlées : plantation sous ombrière et toile insect-proof, apport de compost, maîtrise des techniques de culture, respect des règles d'hygiène sanitaire. En plus des pépinières de production de boutures, le laboratoire de l'Etablissement dispose à RAIATEA, de 4 autres plantations  (2280 m²), à titre expérimental.

    Le DCS est chargé de la mise en œuvre du programme de CERTIFICATION SANITAIRE de ces pépinières. Par ce moyen, l'Etablissement garantie aux producteurs demandeurs, des boutures de vanille, non seulement de qualité, mais surtout indemnes de virus et autres maladies. Ce système permet de limiter la propagation des maladies.
  • - La VEILLE SANITAIRE
    Par l'intermédiaire des Fare Vanira, le suivi sanitaire des plantations est assuré. Il consiste à effectuer des visites régulières afin de former les producteurs et de surveiller l'apparition des différentes maladies et ravageurs susceptibles de contaminer le vanillier.

    De plus, un service de DIAGNOSTIC-CONSEIL est proposé. Suite à un problème sanitaire, un producteur a la possibilité de faire intervenir le DCS afin d'effectuer un diagnostic de sa plantation. Il est d'ailleurs conseillé à chacun de faire appel à ce service une fois par an, afin de connaître l'état sanitaire de sa plantation et indirectement, de juger la qualité de son entretien.

    Des échantillons peuvent être prélevés pour une meilleure expertise en laboratoire. L'établissement Vanille de Tahiti dispose, en effet, d'outils de détection des maladies virales, des maladies fongiques et des ravageurs du vanillier. Suivant les résultats du diagnostic, il recommandera au vaniculteur des méthodes de lutte adaptées.

    A long terme, cette activité permet au Département de faire de la VEILLE SANITAIRE, travail de surveillance visant à prévenir l'apparition de nouveaux pathogènes ou autres ennemis. Elle permet en outre d'améliorer les connaissances des maladies connues : leurs facteurs de développement, leur dissémination, leur mode de conservation et leur évolution. L'objectif est de chercher à améliorer les techniques de culture et surtout à trouver les meilleures méthodes de lutte.
  • - Les recherches sur les pathologies du vanillier.
    Les principaux dégâts (baisse des rendements, mort des plants) observés sur le vanillier sont dus aux champignons phytopathogènes. Un service de diagnostic fongique est donc proposé permettant de mettre en place des moyens de lutte efficaces contre l'agent pathogène identifié. L'approfondissement des études sur les maladies fongiques est en cours afin d'éviter les pertes de production comme celles que connaissent actuellement d'autres pays (Madagascar ou Réunion) notamment avec la Fusariose (maladie provoquée par un champignon du sol Fusarium sp.).
  • - La formation des producteurs sur les maladies, ravageurs du vanillier.
    Des fiches techniques ont été réalisées et sont régulièrement actualisées et distribuées aux producteurs. Elles concernent notamment sur les maladies virales, les maladies fongiques et les cochenilles.

Les antennes de l'établissement

  • - Fare vanira Tahiti en charge de Moorea
  • - Fare vanira Huahine
  • - Fare vanira Raiatea
  • - Fare vanira Tahaa
Ces antennes de proximité ont pour missions principales d'apporter un soutien technique aux producteurs, de recueillir les données nécessaires au suivi agronomique des exploitations, de réaliser des prestations de services aux agriculteurs et assister les comités de surveillance lors des ventes de vanilles mûres.

Elles sont les premiers interlocuteurs des producteurs de Vanille de Tahiti et oeuvrent au quotidien pour former et améliorer les performances des producteurs.

Les antennes sont aussi chargées de l'entretien des pépinières de production de lianes, des pépinières expérimentales et des ombrières abritant les collections variétales.