Les maladies du vanillier

Liste des maladies du vanillier

           On dénombre peu de maladies qui peuvent atteindre le vanillier. Toutefois, certaines affections fongiques et quelques insectes représentent une menace pour la plante. Par exemple, certaines variétés de chenilles, de charançons ou de coléoptères s'attaquent parfois à la tige de la plante. Les escargots et les limaces dégradent parfois les jeunes pousses, les fleurs en bouton et les gousses non parvenues à maturité. Enfin, il arrive que les sauterelles et les crabes coupent les extrémités des plants récemment installés.  Par ailleurs, les maladies fongiques apparaissent aussi sur le vanillier. Ces attaques n'épargnent aucune partie de la plante. Lorsque les racines sont atteintes, on constate un brunissement de celles-ci, phénomène qui s'accompagnent d'autres observations.  Les feuilles et les tiges prennent une teinte jaune. En outre, les feuilles deviennent molles. Il s'agit sans doute d'une maladie fongique amenée par deux types de champignons, Fusarium et Sclérotium. Le meilleur moyen de juguler cette attaque reste de couper les parties abimées.  Ensuite, d'autres affections peuvent s'attaquer aux tiges seules. Le chancre des tiges se caractérise par de petits points marrons qui peuvent aussi contaminer les feuilles. La maladie s'étend puis les parties malades prennent une teinte jaunâtre avant de pourrir. Dans ce cas-là, nous avons affaire à un champignon particulièrement offensif de type Phytophtora. Pour soigner le vanillier, il est possible de pulvériser de la bouillie bordelaise à 1% ou encore du phosphonate de potassium à 0,4%. Une autre affection par un champignon de type Fusarium peut entrainer une maladie du vanillier. Les tiges deviennent brunes. Cela constitue le point de départ de la maladie. Plus tard, les feuilles deviennent jaunes et desséchées. Comme pour les autres attaques, il faut en premier lieu supprimer les parties atteintes. Enfin, des pulvérisations de carbendazime à 0,2% permettent d'éradiquer la maladie. D'autres attaques peuvent survenir sur des plants de vanilliers. Les gousses elles-mêmes sont parfois directement atteintes. De plus, cette affection prend place sur des gousses déjà arrivées à maturité. La pourriture et la chute des gousses de vanille se déroulent en deux temps. Tout d'abord, un champignon de type Phytophtora spp fait pourrir les gousses mûres. Ensuite, un autre champignon (Fusarium spp) les fait tomber. Pour éradiquer cette maladie, il faut employer les gros moyens. Des pulvérisations alternées d'une semaine de carbendazime à 0,2% et de bouillie bordelaise à 1% seront nécessaires. Néanmoins, un traitement moins lourd à base de phosphonate de potassium à 0,4% peut aussi venir à bout de ces attaques. Finissons ce tour d'horizon des maladies qui viennent détériorer une exploitation de vanille à Tahiti. Le pourrissement des extrémités apicales. Il s'agit d'une maladie qui s'attaque aux bourgeons terminaux. Deux types de champignons sont responsables de cette attaque. Le Sclerotium et le Fusarium. Pour venir à bout de cette affection, on pulvérisera une solution de carbendazime à 0,2% tous les 15 jours. Nous avons vu que toutes ces maladies affectant la vanille de Tahiti provenaient de champignons. Pourtant, certains ont un effet inverse et protègent la plante. Le Trichoderma et le Pseudomonas assurent une protection efficace. Enfin, une bonne ventilation de la plantation et un espacement des plants suffisant contribuent aussi à la bonne santé de la vanille de Tahiti.
Translate »