Culture de la vanille

Pour croître la Vanille de Tahiti a besoin d’un climat chaud et humide, d’un support d’accrochage et d’un certain ombrage.  En Polynésie française, elle est cultivée en plein champ ou sous ombrière. Les cultivateurs assurent le bouturage, contrôlent ou assistent le bon accrochage et veillent en particulier à replier la liane de telle façon que les futures gousses puissent se trouver à hauteur d’homme.

 

La fécondation

 (pollinisation ou mariage) est assurée manuellement fleur par fleur. On la pratique entre juillet et octobre, tôt chaque matin (car les fleurs ont une vie de quelques heures) et par temps sec (la pluie contrarie la formation du fruit). La fleur est tenue délicatement d’une main, un doigt servant de point d’appui sous la colonne (partie centrale de la fleur). A l’aide d’un stylet, on déchire la membrane qui sépare les organes mâle et femelle, le pollen et le stigmate, pour les mettre en contact.

La cueillette

Une des spécificités de la Vanille de Tahiti est sa cueillette à maturité contrairement aux autres vanilles qui sont récoltées vertes car déhiscentes. Ainsi, c’est la différence entre une banane cueillie verte et une banane jaune…

Afin de garantir la qualité de la vanille mûre récoltée en Polynésie française, des comités de surveillance de vanille mûre ont été mis en place dans chaque commune et sont chargés, à chaque vente de vanilles mûres (de mai à novembre) de contrôler la maturité, la taille et la texture des gousses : critères nécessaires à la préparation d’une vanille de qualité.

Une préparation unique

Découvrez la technique d’une préparation unique !

En savoir plus