ACTUALITÉS

Prix gousse vanille Tahiti : l’état des lieux
l

Auteur

Olivier SEO
}

Date de l'article

10/07/2021

Catégorie

En premier lieu, un tassement sur le marché de la gousse de vanille se constate depuis quelques temps. Ainsi, la production stagne alors que le prix de la gousse de vanille de Tahiti flambe.

Analyse d’une situation.

Une qualité qui ne se dément pas

Tout d’abord, il faut souligner que la vanille de Tahiti occupe toujours la première marche du podium en termes de qualité. Sans cesse comparée à la vanille Bourbon, la gousse de vanille de Tahiti se révèle plus fruitée, plus odorante. Avec un prix de gousse de vanille en constante progression depuis plusieurs années, cette production Tahitienne est qualifiée aujourd’hui de « vanille de luxe ».

Le prix de la gousse de vanille correspond bien évidemment à sa rareté. Si le coût augmente d’année en année, la production en devient plus difficile et chute de manière inexorable.

prix gousse vanille Tahiti

Pour mieux comprendre, voici quelques chiffres éloquents.

Dans les années 60, la production de vanille de Tahiti avoisinait les 200 ou 300 tonnes chaque année. En 2017, l’Institut d’Emission d’Outre-Mer (IEOM) comptabilisait 20 tonnes de gousses de vanilles produites.

Les mesures prises pour relancer la production

Le prix de la gousse de vanille a pourtant subit de nombreuses hausses tout au long de ces dernières années. Ainsi, le kilo se vendait 17 600 F le kilo en 2009 pour atteindre 53 133 F en 2018. Toujours en considérant ces mêmes années, la vanille de Tahiti rapportait 198 millions de F en 2009 contre 666 millions de F en 2018.

Il faut également souligner que la concurrence rude (vanille Bourbon qui représente 95% du marché mondial aujourd’hui) et les produits de remplacement (vanille de synthèse) ont mis à mal la production de vanille Tahitienne.

En 2018, la Polynésie française a présenté une réforme et fixer de nouveaux objectifs pour relancer la croissance du marché de la vanille. Entre autres mesures, de nouveaux kits d’ombrières vont être installés à concurrence de 11 hectares. De la même manière, la demande pour obtenir l’Appellation d’Origine Protégée suit toujours son cours.

Translate »